L'hirondelle de fenêtre

Delichon urbica

L'hirondelle de fenêtre

Dessin d'une hirondelle de fenetre

Classification :

Ordre des passériformes
Famille des hirundinidés

Biométrie :

Taille : 12 à 13 cm de long
Envergure : 26 à 29 cm
Poids moyen : 15 à 21 g

Aussi appelée :

Northern House-Martin (anglais) - Mehlschwalbe (allemand) - Huiszwaluw (néerlandais) - Hussvala (suédois) - Balestruccio (italien) - Avíon Común (espagnol) - Gorodskaya Lastochka (russe) - Oknowka (polonais) - Räystäspääsky (finnois) - Bysvale (danois) - Molnárfecske (hongrois) - Taksvale (norvégien) - Iwa tsubame (japonais) - Nhan hông trang Xibêri (vietnamien) - Mao jiao yan (chinois)



Description, identification :

Distincte de l'Hirondelle de cheminée par le croupion blanc pur. La queue moins fourchue n'est pas pourvue de filets. Tête, dos, ailes et queue noir bleu, dessous essentiellement blanc. Pattes et pieds courts emplumés de blanc.
Juvénile : Parfois grisâtre sur les côtés de la poitrine.
Confusion possible avec l'hirondelle de rivage, si le croupion blanc n'est pas visible.

Carte de distribution de l'hirondelle de fenetre
© Oiseaux migrateurs - Gründ


Distribution :

Contrairement à sa cousine "rustique", l'hirondelle de fenêtre ne se trouve pas en Amérique.
Elle peuple toute l'Europe, l'Afrique du Nord-Ouest, l'Asie centrale, toute la moitié Nord de l'Asie excepté l'extrême nord de la Sibérie.



hirondelle de fenetre
© http://www.sciencesnaturelles.be



hirondelle de fenetre
© http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/...

Habitat :

Elle a le même type d'habitat que l'hirondelle rustique, mais elle est plus citadine et montagnarde; Avant que l'homme ne construise des édifices, l'hirondelle de fenêtre vivait volontiers à proximité des falaises.
Elle niche en colonies dans les villes et villages, mais aussi sur les parois rocheuses des régions inhabitées. En dehors de la période de reproduction, les hirondelles de fenêtre se rassemblent en dortoir dans les arbres, et non dans les roselières comme l'hirondelle rustique.



Construction du nid :

Son nid est de forme hémisphérique avec une ouverture circulaire placée vers la partie supérieure. L'exiguïté de cette entrée permet plus facilement la défense du domicile, et a pour but d'empêcher les autres oiseaux de s'y introduire.
Il est maçonné par les deux parents avec une fine boue qu'elle se procure dans les mares et sur les rives d'étang ou de rivière. Elle recueille de préférence la terre que les vers de terre, rejettent après en avoir extrait les sucs. Cette terre se lie plus facilement ; mais comme on ne la trouve en assez grande quantité que lorsqu'il pleut, les hirondelles de fenêtre s'empressent de profiter de cette circonstance. Elles se réunissent souvent, mettent leurs efforts en commun, et façonnent des nids pour plusieurs ménages, profitant ainsi des matériaux précieux. La petite colonie épargne à chaque couple une perte de temps et des fatigues inutiles.


hirondelle de fenetre
© Pascal Dubois - Côté Nature


hirondelle de fenetre
© Philippe Van Dorsselaer - Photo-Couleurs Nature

Les petites boules de boue sont mélangées avec de la salive qui cimente le tout. Pendant que plusieurs apportent les matériaux, la future mère donne au nid sa forme, polit la terre détrempée et par le frottement de ses plumes, fait disparaître toutes les aspérités qui pourraient blesser les petits. La terre employée est fortifiée de brins de paille entremêlés dans l'épaisseur des parois; la couche intérieure est garnie d'une grande quantité de plumes.

Il est placé le plus souvent sous un toit, sous une corniche ou contre des poutres. On le rencontre également sous un surplomb de rocher, de falaise ou dans une crevasse de muraille dont elles referment l'entrée. (Extraits : Voyage d'une hirondelle - A. Dubois)



Ponte et élevage des jeunes :


La ponte a lieu à partir de début mai. La femelle pond de 3 à 5 oeufs d'un blanc pur, que les deux parents couvent pendant 14 jours environ. Les poussins restent au nid pendant trois semaines, parfois beaucoup plus. Exceptionnellement il peut y avoir 2 nichées.
Jusqu'à l'émancipation complète, les parents restent à proximité de leur progéniture. Ils se retrouvent au complet chaque soir au nid ; C'est un miracle si celui-ci ne rompt pas. Parfois les jeunes se trompent de nid : ils sont alors vigoureusement chassés et repoussés par les légitimes propriétaires.


Le nourrissage :

L'hirondelle de fenêtre se nourrit comme l'hirondelle rustique mais les insectes sont uniquement capturés en vol à une plus grande hauteur que l'hirondelle rustique.


étableétable
© F. Desbordes


Le vol :

Leur vol, plus lent est moins saccadé et moins raide que celui de l'hirondelle rustique. Elles planent davantage et s'élèvent à une très grande hauteur, elle virevole de tous côtés, tantôt s'élevant, tantôt descendant pour saisir leur proie.

Parfois elle effleure les herbes ou la surface de la rivière qu'elles frappent de l'extrémité de leurs ailes ou de tout le poids de leurs corps.



Le chant, voix :

Elle émet un chant très calme "tchirp", "tshirrip". A la voix, on la distingue facilement de l'hirondelle rustique. Son chant ne se compose que d'une phrase lente, uniforme, et qu'elle répète plusieurs fois.

Accueil | Les hirondelles | Migration | Protection | L'homme et l'hirondelle | Actualités |
© 2002-2006 oiseaux.net