L'hirondelle rustique
Hirundo rustica

L'hirondelle rustique

Dessin d'une hirondelle rustique

Classification :

Ordre des passériformes
Famille des hirundinidés

Biométrie :

Taille : 16 à 22 cm de long
Envergure : 32 à 34 cm
Poids moyen : 17 g

Aussi appelée :


hirondelle de cheminée (car elle nichait dans les anciennes grandes cheminées- fumoirs, ce phénomène existe encore en Bretagne) - hirondelle des granges, de ville, domestique.

Mais aussi, Barn swallow (anglais) - Rauchschwalbe (allemand) - Boerenzwaluw (néerlandais) - Ladusvala (suédois) - Rondine (italien) - Golondrina común (espagnol) - Andorinha-de-bando (portugais) - Derevenskaya Lastochka (russe) - Dymowka (polonais) - Haarapääsky (finnois) - Landsvale (danois) - Füsti fecske (hongrois) - Låvesvale (norvégien) - Tsubame (japonais) - Nhan bung trang (vietnamien) - Jia yan (chinois)



Description, identification :

C'est un oiseau au dessus bleu-noir avec des reflets métalliques qui contrastent avec le dessous blanchâtre lavé de roux. Elle a une silhouette élégante et fuselée avec une queue fourchue très échancrée dont les brins appelés les "filets" sont très apparents et plus longs chez le mâle.
On peut remarquer des taches blanches vers l'extrémité de sa queue. Son front et sa gorge sont d'un brun roux souligné une bande pectorale sombre. Elle se distingue des autres hirundinidés par l'absence de blanc sur le croupion. Confusion possible avec : les autres hirondelles et les martinets.

Carte de répartition de Hirondelle rustique
Distribution de Hirondelle rustique
© Oiseaux migrateurs - Gründ

Distribution :

Largement répartie en Amérique du nord et en Eurasie ; son aire de reproduction englobe aussi le nord de l 'Afrique. Niche pratiquement partout en France, mais évite la haute montagne et les régions trop arides. Elle figure au 11ème rang des espèces les plus répandues en France.
Les effectifs sont en déclin dans la majeure partie des pays d'Europe à l'exception des pays de l'est.


Effectif estimé :

Mini Maxi
France 1 000 000 3 000 000
Europe (hors Russie) 14 000 000 20 000 000
Russie 1 000 000 10 000 000
(Les oiseaux menacés et à surveiller en France)

Hirondelle Rustique
L'hirondelle rustique s'identifie facilement par sa
queue fourchue. © Alain Fossé - Digimages



prairie
Pâturages et prairies abondent en insectes.
© http://www.mrcvo.qc.ca/hall.htm

Habitat :

L'hirondelle est commensale de l'homme. La présence de zones de chasse est primordiale dans l'installation des couples. Ces zones sont tous les pâturages, prairies, bocages, marais, étangs, cours d'eau, parcs et jardins qui sont propices à la présence d'insectes. L'hirondelle chasse et s'abreuve en vol, il lui est donc nécessaire de disposer de zones dégagées pour la chasse et de points d'eau. La présence de boue est nécessaire au moment de la construction du nid. Si les villages sont privilégiés, il lui arrive de nicher en ville.


Construction du nid :

L'hirondelle choisit en priorité des étables, écuries et diverses granges pour bâtir son nid ; l'idéal étant que le plafond comporte des solives. En cas d'absence de site idéal, son choix pourra alors se porter sur des garages, caves et autres remises, toutes sortes de corniches, sous les ponts, parfois à l'intérieur des maisons, pourvu que le bâtiment possède une ouverture.

étable
Etable : lieu privilégié pour la
construction du nid. © Monique Courtade


nid d'hirondelle rustique
Nid construit avec des brindilles et de la
boue. © P. Dubois Les Oiseaux de France...

Le nid a la forme d'une moitié de coupe d'environ vingt-deux centimètres de diamètre et onze centimètres de profondeur. Il est construit par les deux parents avec des brindilles sèches cimentées par de la boue.
Pour ce faire, l'hirondelle récupère de la boue dans des flaques d'eau, puis la malaxe pour lui donner la forme de petites boules qu'elle vient ajouter à la construction. Pour ajouter à la solidité, l'hirondelle ajoute à ce torchis de la paille, des brins d'herbes, des crins d'animaux et à l'occasion des plumes de poules.

Lorsque le temps est beau et que la sécheresse n'est pas trop grande, huit jours suffisent pour achever cet ouvrage. Les hirondelles cherchent en priorité à conforter un nid existant, d'où une concurrence en début de nidification pour récupérer les meilleurs nids. Les moineaux cherchent à s'approprier le nid des hirondelles, soit avant le retour de celles-ci, soit en expulsant leurs occupants. Une fois terminé, le nid est garni de plumes, le duvet des poules étant le plus recherché. D'autres crins ou soies peuvent être ajoutés, ce qui donne à l'intérieur du nid un aspect douillet.



Insolite : Il est rapporté le cas d'hirondelles qui piquaient sur le dos d'un chat pour lui voler ses poils afin de garnir le futur nid.

L'analyse d'un nid a révélé une quantité de 212 grammes de terre séchée liée par 2 224 radicelles. Des brins d'herbes avaient été utilisés et plus de 1 100 voyages furent nécessaires. (La hulotte n°60 p12-17)

Les pulli
© P. Van Dorsselaer - Photo-Couleurs Nature



Nid insolite :

Il arrive de trouver des nids insolites : cabines de tracteur remisées, lampes suspendues, fenêtres entr'ouvertes, objets divers.


Nid d'hirondelle rustique sur une lampe
Choix d'endroits parfois insolites
pour construire son nid. © Monique Courtade

nid d'hirondelle dans l'embrasure d'une fenêtre
Rien à voir avec l'hirondelle de fenêtre. © Monique Courtade

Dans un hameau de Touraine, une personne habitant une maison rénovée, quittait sa chambre chaque année pour laisser nicher des hirondelles dont le nid était installé au-dessus de son lit, contre une poutre. Elle recouvrait son lit de journaux et de plastiques et allait coucher dans le salon. (Pierre Cabard)

Un nid découvert en 1978 à Lesse (Moselle) maçonné au col d'un bidon de lait (hauteur : 19cm, diamètre : 9 cm) avait été rempli de laine par le couple . Le bidon était suspendu à un clou à 1m80 du sol. (Jean Méguin)

Il est rapporté un cas d'hirondelles ayant fait leur nid sur un wagon qui parcourait quotidiennement un itinéraire de 3 Km. (La hulotte n°60 p23)




Famille d'hirondelle rustique sur un fil.
© Philippe Van Dorsselaer - Photo-Couleurs Nature

Ponte et élevage des jeunes :

Les premières pontes ont lieu de fin avril à juin. Dans nos régions, elles peuvent être suivies d'une deuxième ponte, plus rarement d'une troisième. Des cas de 4 pontes sont cités dans la littérature. Ceci ramène la période de nidification d'avril à août.

La femelle pond donc de 3 à 6 oeufs qu'elle va couver durant 14 à 15 jours, grâce à sa plaque incubatrice (partie du ventre de la femelle dégarnie de plumes pendant la couvaison), la femelle va assurer une température constante des oeufs. La régulation de la température vaut également pour les cas de canicule, lorsque le nid se trouve exposé (par exemple hangar en tôle)
La femelle est obligée de s'absenter de courtes périodes lors de la couvaison car elle assure seule sa subsistance.

Les oeufs d'hirondelle rustique
3 à 6 oeufs blancs avec des marques rougeâtres. © Monique Courtade


Insolite : il est rapporté des cas où la femelle imbibe son ventre d'eau pour faire baisser la température. Souvent les oeufs ou les poussins sont condamnés si le phénomène perdure. (la hulotte n°64 p4)


L'échec des couvées :

Les oeufs abandonnés, éjectés ou non-fécondés hors du nid sont chose courante chez les passereaux. A la station de baguage de Bouligny (en Moselle), on a constaté une assez forte mortalité des oeufs. Durant l'année 1978, 51 cas sont relevés, dont 20 concernant l'abandon complet de la couvée, sur 608 nichées les mêmes proportions (environ 12%) sont relevés en 1980.
Les jeunes : Les conditions météorologiques influent sur la fréquence et la qualité des nourrissages et de ce fait, sur la survie des jeunes au nid. Il est constaté que les adultes arrivent à nourrir les pulli jusqu'à leur dixième jour lorsque la recherche de nourriture est difficile puis passé cet âge, les petits meurent n'ayant pas la nourriture nécessaire à leur croissance. L'année 1978 32 nichés sur 608 ont été trouvées mortes soit 87 jeunes. (Jean Méguin)


Nourrissage des pulli
© Monique Courtade



Nourrissage des petits de l'hirondelle rustique
Près de 400 voyages par jour sont parfois nécessaires
pour nourrir toute la famille. © Jacques Morand

Le nourrissage :


Le poids culminant des jeunes est atteint à leur 13ème jour où ils peuvent atteindre l'honorable poids de 22 grammes, soit tout de même 5 grammes de plus que les parents. Ce surpoids sera rapidement perdu notamment du fait de la fabrication des plumes.
Les deux parents chassent en vol des insectes qu'ils agglutinent dans leur bec avant de les livrer à leur progéniture. Une becquée peut-être composée d'une vingtaine d'insectes de tous types (fourmis volantes, tipules, syrphes, mouche, libellules, etc.) Les allés et venus des parents peuvent se répéter près de 400 fois par jour.



Premier envol des pulli :

Vers le quinzième jour, lorsque les plumes des pulli ont acquis assez de grandeur pour conserver leur propre chaleur, les parents ne les abritent plus que pendant la nuit, et seulement quelquefois pendant le jour.
Le séjour au nid des jeunes sera de 19 à 21 jours, puis les parents cesseront de les nourrir afin de les obliger à sortir du nid et prendre leur première leçon de vol. Pour cela les parents vont s'approcher d'eux avec des insectes sans les leur donner. Pris par la faim les pulli vont s'approcher du bord du nid et brusquement les parents lanceront des cris d'alerte. Il n'en faudra pas plus pour pousser l'hirondeau à se jeter dans le vide et battre instinctivement des ailes, sous l'encouragement des parents. L'émancipation aura lieu à partir du 35ème jour environ.


Hirondelle rustique sur un fil électrique
L'envol se fera sous la surveillance des parents.
© Alain Fossé - Digimages


Hirondelle rustique en vol
Elle peut atteindre un vitesse de 100 km/h.
© R. Niedercorn/J. Charennat


Le vol :

Une acrobate hors pair.
Tantôt planant, tantôt agitant vivement leurs ailes, les hirondelles savent virer avec la promptitude de l'éclair, monter, descendre, raser le sol, glisser à la surface de l'eau ou s'y plonger sans interrompre leur vol.
La vitesse de vol d'une hirondelle est de 60km/h, mais en chasse, elle peut atteindre les 100 km/h.



Le chant, voix :

Le cri de contact est un vitt ou tsivitt aigu ; l'alarme est une répétition de tsivitt nerveusement enchaînés. Le chant est un gazouillis grasseyant mais mélodieux souvent entrecoupé de roulements rêches et se terminant parfois par un "grincement de grille rouillée". Guide encyclopédique des oiseaux (Beaman & Madge - Nathan)

hirondelle de fenetre
© Philippe Van Dorsselaer
Photo-Couleurs Nature

Accueil | Les hirondelles | Migration | Protection | L'homme et l'hirondelle | Actualités |
© 2002-2014 oiseaux.net